Warning: Missing argument 2 for wpdb::prepare(), called in /nfs/c07/h05/mnt/102565/domains/montreal-nightclubs.com/html/wp-content/themes/arras/library/filters.php on line 42 and defined in /nfs/c07/h05/mnt/102565/domains/montreal-nightclubs.com/html/wp-includes/wp-db.php on line 1291

Review: Joel Mull, Marcel Fengler @ Stereo, Oct. 25th 2013

joel_mull_review_featured

Version française ci-dessous

Joel Mull – Marcel Fengler. Attractive line-up for all techno lovers, a bit more underground than what Stereo is used to give us these days. Seen as a foretaste of what the (((Temple))) will offer us for Halloween and especially in November, the birthday month of this musical institution in Montreal, the event went from successful to brilliant. It was a musical trip married to one of the most incredible atmosphere of this year. In a not completely filled room, fans of powerful and subtle sounds had space to express themselves on the sets of the two European magicians. The word magician is used given the journey that the two artists (and even three with the masterful performance, once again, of Ostrich) offered us for more than 8 hours.

For the opening of this magical evening we see behind the decks the one I consider the most talented DJ from Montreal. A true talent runs in the veins of Ostrich, who will have his brother, Taimur Agha, a member of the duo Taimur & Fahad, open the Halloween dance for John Digweed. Once again Ostrich knew how to mix subtly, starting slowly and going into the universe of Ostgut Ton. As one may know Ostrich is in charge of the bookings at Stereo, but his love for techno is compelling, especially when it is German! So it was as a fan and professional that Ostrich played, opening an evening that would become one of the best of the year for Stereo, such as the sets he offered us over and over again (note: to keep in mind the opening set for Len Faki, who was for myself, far better than the German’s).

If the bar was raised with Ostrich, Joel Mull made this evening a delight for our ears. After a crazy week with the ADE (Amsterdam Dance Event), mixing in front of thousands of people online or in real life, Joel Mull returned to a club he loves. Releasing such a strong energy with dark and heavy techno, he managed to take a tour through the genres of European techno. Playing with the musical diversity of European techno, whether brute, soft, minimalist, German, Swedish… he showed us how impressive the quality of his library is. (youtu.be/7961fpUYoUA) Joel Mull has the gift to play heavy while carrying us deep in his melodious universe, giving the effect of a superposition of zen music and brutal techno. His music does not fully correspond with Drumcode’s print, the presence of heavy chords and bass mixed with a synth bass and kick punctuated by an echo. Joel Mull’s mix is the image of its production, a more rhythmic driest and dynamic techno, with a Swedish touch. (youtu.be/b1Ps6iJiajo)

After a thunderous set of the Swede, who will be at the prestigious Boiler Room in Stockholm including Jesper Dahlback and Cari Lekebusch b2b Alexi Delano on Thursday, Oct. 31st (boilerroom.tv), Marcel Fengler took control of an overexcited crowed by the heat of the room and the magical ambiance for dancers and DJs. The German, Berghain resident and therefore now a member of the famous label Ostgut Ton, went into the universe and the music than its predecessors such as Ben Klock and DVS1 played and produced at any time (youtu.be/kBHv_3Z3mAc). Fengler’s set was a mixture of brutality by dry kicks and the sweetness of captivating melodies. A homecoming proving once again the diversity of German techno, up to the intensity of Chris Liebing, Tommy Four Seven and Speedy J, or to relaxation and melodies of Marcel Dettman and even Loco Dice.

An incredible evening that Stereo proposed once again, waiting for waves of events in November. Next step from techno is John Digweed @ Stereo, Nov. 2nd 2013!

Written by: Karl

————————————————————————————————————————————-

Joel Mull – Marcel Fengler. Affiche alléchante pour tout amateur de techno, un peu plus undeground que ce que Stereo a eu l’habitude de nous offrir ces derniers temps. Vu comme un avant gout de ce que le (((Temple))) allait nous offrir pour halloween et surtout pour le mois de novembre, mois célébrant l’anniversaire de cette institution musicale à Montréal, cette soirée fût réussite en tous sens. Ce fût un festin musical marié à une ambiance des plus incroyable de cette année 2013. Dans une salle pas totalement remplie, les amateurs de sons puissants et subtils ont eu de la place pour s’exprimer sur les sets des deux magiciens européens. Magiciens, en effet le mot est à employer, vu le voyage que les deux artistes (et même trois avec la prestation magistrale, une fois de plus, de Ostrich) nous ont proposé pendant plus de 8h.

L’ouverture de cette soirée qui s’annonçait magique vu derrière les platines, à celui dont je considère le plus talentueux des DJ de Montréal. Un vrai talent court dans les veines d’Ostrich, qui verra son frère, Taimur Agha, membre du duo Taimur & Fahad, ouvrir le bal d’Halloween avec John Digweed. Une fois de plus Ostrich a su mixer de manière subtile, débutant de manière suave et enchainant les productions d’un goût très Ostgut Ton. Car si Ostrich est à l’origine de la plupart des bookings du Stereo, son amour pour la techno est irréfutable, surtout lorsque celle-ci est allemande! Ce fût donc en tant que passionné et professionnel que Ostrich nous proposa une ouverture de soirée digne du Stereo, comme celle qu’il nous offrit maintes et maintes fois (à noter un set à garder dans les annales en ouverture de Len Faki, qui fût, à mon goût, largement meilleur que celui de l’Allemand).

Si le ton était donné avec Ostrich, Joel Mull fit de cette soirée un délice auditif. Après une semaine de folie avec l’ADE (Amsterdam Dance Event), mixant devant des milliers de personnes en ligne ou en vrai, Joel Mull revenait dans un club qu’il aime tant. Dégageant une énergie de feu avec une techno sombre et lourde, il réussi à nous faire visiter à travers les genres de la techno européenne. Jouant avec la diversité musicale de la techno européenne, qu’elle soit brute, douce, minimaliste, allemande, suédoise… il nous exposa l’éventail de sa bibliothèque impressionnante de qualité. (youtu.be/7961fpUYoUA) Joel Mull a le don d’envoyer du lourd tout en nous transportant au plus profond de son univers mélodieux, donnant l’effet d’une superposition d’une musique zen à une techno brutale. Sa musique ne correspond pas tout à fait à ce que Drumcode nous donne comme impression, la présence d’accords de synthés lourds et graves mélangés à une basse et un kick ponctués par un écho. Joel Mull mixe à l’image de sa production, une techno plus sèche et dynamique, plus rythmée, avec une touche suédoise. (youtu.be/b1Ps6iJiajo)

Après un set tonitruant du suédois, ce dernier sera présent au sein de la prestigieuse Boiler Room à Stockholm avec notamment Jesper Dahlback ainsi que Cari Lekebusch b2b Alexi Delano (boilerroom.tv), Marcel Fengler pris les commandes d’un navire survolté par la chaleur de cette salle si magique pour les danseurs ainsi que les DJ. L’allemand, résident au fameux Berghain et donc maintenant membre du fameux label Ostgut Ton, ne failli pas à la musique que ses prédécesseurs tels que Ben Klock ou DVS1 jouent et produisent en tout temps (youtu.be/kBHv_3Z3mAc) . Le set de Fengler fût un mélange de brutalité de par les kicks secs et de mélodies douces et envoutantes. Un retour aux sources prouvant une fois de plus la diversité de la techno allemande, pouvant aller vers l’intensité des Chris Liebing, Tommy Four Seven ou Speedy J, ou vers la relaxation et les mélodies de Marcel Dettman et même Loco Dice.

Une soirée incroyable que Stereo nous proposa une fois de plus, en attendant les vagues d’évènements en Novembre. Prochaines étape de la techno: John Digweed @ Stereo, Nov. 2nd 2013!

Auteur: Karl